Article CSC Marcq en Baroeul, France Bleu Nord ( avec Podcast ),Les centres sociaux en danger.

Lien Article, France Bleu Nord, Cliquez ici. 

Au tour des centres sociaux d’être en difficultés à cause de l’inflation. “Ils ont connu une augmentation de 10% de leurs charges en 2023 et ils n’ont pas les subventions publiques qui vont avec”, explique Lydie Licour, déléguée territoriale de la fédération des centres sociaux du Nord-Pas-de-Calais. La raison de cette hausse des coûts ? L’inflation sur les énergies mais aussi les revalorisations de salaires des employés qui augmentent automatiquement avec la hausse des prix. Plus de la moitié des 2 300 centres sociaux en France vont se retrouver en 2024 avec un déficit selon la fédération des centres sociaux.

Une population plus âgée et plus précaire

Les centres sociaux ont vu ces dernières années leurs adhérents vieillir, à l’image de la société, devenir aussi plus précaires, suivant là aussi l’évolution de la société. “On est finalement loin de l’image de la maison de jeunes qu’on a connue il y a quelques années, explique Fabien Versmessen, le directeur du centre social de Marcq-en-BaroeulC’est des lieux riches, des lieux de cohésion sociale. On s’est rendu compte que ce n’était pas si ringard que çà ! Ces structures de proximité qui étaient en première ligne auprès des habitants, on ne peut pas s’en passer en réalité.”

A Marcq-en-Baroeul, dans la métropole lilloise, on accueille beaucoup de jeunes, du quartier classé en politique de la ville, la Briqueterie, tout proche mais surtout beaucoup d’habitants venus de toute la commune, qui est plutôt aisée à l’échelle de la métropole. Les activités sont très nombreuses : crèche, cours de sport, de yoga, lecture, théâtre, atelier couture,… ce mardi matin, c’est atelier cuisine avec une dizaine de participants, surtout des retraités comme Claudine Lemeen, 69 ans : “on apprend plein de petites choses pour pas cher. Je viens deux fois dans la semaine pour assister aussi à l’atelier remue-méninges. Cela vous fait sortir de votre appartement quand vous vivez toute seule, ça fait du bien de voir des gens, de toutes les générations”. Lucie, l’animatrice de cet atelier dont le métier est conseillère en économie sociale et familiale au centre social, travaille dans ce type de structure depuis près de 30 ans : “on peut aller du cadre supérieur aux personnes bénéficiaires du RSA et c’est çà qui est chouette : c’est pas moi, je suis meilleur que toi, c’est l’entraide”.

Une entraide particulièrement précieuse lors de la crise sanitaire, lorsque les centres sociaux se sont retrouvés en première ligne face aux dégâts sociaux provoqués le Covid. Des dégâts qui se font encore ressentir aujourd’hui. Une manifestation débute ce mercredi 31 janvier, à 13h30, porte de Paris, à Lille pour se terminer place de la République.

 

Portrait de bénévole #11

Jean-Pierre Kulak, Bénévole atelier Clic-Pass et membre du conseil d’administration. 

” Ingénieur de formation, j’ai toujours été intéressé par les sujets techniques. J’ai passé toute ma carrière professionnelle au Ministère de l’Equipement où j’ai eu à porter et mettre en œuvre divers projets dans  des domaines tels que les Ports Maritimes à Dieppe, puis dans la région les Voies navigables, l’assainissement, la route ainsi que l’urbanisme et le logement.

Un sujet qui m’a également toujours intéressé est celui de la formation professionnelle. Je m’y suis beaucoup investi en tant que formateur au sein de mon ministère, jusqu’à prendre pendant quelques années la direction d’un centre de formation à Arras.

Lorsque vint le moment de la retraite, il n’était pas question de rester inactif. Je m’étais déjà dans le passé impliqué dans une amicale de parents d’élèves et une association d’anciens élèves. A l’époque, mon épouse faisait déjà du soutien scolaire au Centre Social (j’en ai fait moi-même par la suite pendant 2 ans) et c’est tout naturellement que j’ai rejoint cette structure, accueilli par le grand sourire de Sylvie.

J’ai dans un premier temps été orienté vers l’association “Culture et Partage” qui venait de se constituer pour pallier à l’arrêt des financements dont bénéficiait le Centre Social en matière d’apprentissage du français. Très vite j’ai été amené à utiliser l’informatique car il existait des outils permettant d’analyser évaluer et corriger la prononciation des apprenants. Ces derniers étaient d’ailleurs ravis de découvrir ces techniques nouvelles et s’en sentaient valorisés.

Assez rapidement de nouveaux soucis ont conduit le Centre à confier à un bénévole la conduite de l’atelier informatique. A  l’époque, l’ordinateur commençait à peine à entrer dans les foyers, et la demande était très importante. Tous les apprenants en étaient au même point, c’est-à-dire la découverte, et les choses étaient beaucoup plus simples; il était possible de regrouper 6 apprenants dans la salle et “dérouler” un cours magistral avec un public curieux et homogène.

Aujourd’hui les choses ont bien changé. Entre les ordinateurs, tablettes, smartphones, applications diverses, la demande a considérablement évolué. Les utilisateurs se débrouillent par eux-mêmes, souvent de manière très désordonnée avec l’aide ponctuelle des enfants, petits-enfants, amis, …. Chacun en est là où il est, mais il est quasiment impossible de constituer un groupe homogène, et les candidats viennent souvent avec leurs problèmes à résoudre. C’est la raison pour laquelle a été créée la formule du clic-pass sous forme d’assistance individuelle.

Sur un plan personnel, cette expérience m’apporte beaucoup de satisfactions. D’une part cela m’oblige à suivre l’évolution pour être au niveau. Je l’aurais sans doute fait par intérêt personnel, mais je m’efforce de m’en tenir à ce qui est utile en évitant les “gadgets” qui compliquent les choses. J’y encourage aussi très vivement les apprenants.

D’autre part, ayant toujours aimé la formation,  voir quelqu’un repartir content avec le sentiment qu’il va pouvoir désormais dominer son sujet grâce à vous c’est une satisfaction extraordinaire. Et si en plus cela pouvait conduire à un emploi…? Il n’y a pas de meilleure récompense pour un bénévole  

Soucieux de rendre service, je reste également engagé par ailleurs. Outre mes fonctions de trésorier, je suis bénévole dans la chorale dont je fais partie pour réaliser des documents sonores d’aide à l’apprentissage des chants. J’ai aussi été pendant 8 ans secrétaire de l’association des anciens élèves du Lycée Gambetta de Tourcoing.

Administrateur du Centre Social et Culturel depuis une quinzaine d’année je crois (à partir d’un certain stade on ne les compte plus) je fais partie des meubles. Cela me donne l’opportunité de participer et d’apprécier encore mieux le dynamisme de cette structure, qui sous l’impulsion de son directeur et de ses équipes entièrement dévouées motivées et solidaires enchaîne les projets ambitieux dans une situation particulièrement difficile. Le travail effectué est vraiment considérable, le plan de charge de chacun très important. Cela n’en donne que plus de valeur à la disponibilité dont le personnel fait preuve, aux sourires et aux portes que nous trouvons toujours ouvertes en tant qu’usagers. “

Les Centres Sociaux en danger

Chers usagers, chers partenaires,
 
Le centre social & culturel de Marcq-en-Baroeul participera à la journée de mobilisation nationale qui se tiendra à Lille le mercredi 31 janvier 2024 pour alerter l’État et les collectivités sur les difficultés budgétaires que rencontrent l’ensemble des centres sociaux et pour appeler à un soutien à la hauteur des besoins.
Par conséquent, nous vous informons que le centre social et culturel de Marcq-en-Baroeul sera fermé au public et aux partenaires le mercredi 31 janvier 2024.
Toutes les activités seront suspendues durant cette journée (multi-accueil les Z’Artistes, accueils de loisirs, permanences, ateliers, accueil périscolaire à l’école européenne, ….).
Nous vous invitons à participer à la manifestation qui débutera de la Porte de Paris à Lille le mercredi 31 janvier 2024 en vous inscrivant via le lien ci-dessous :
Comptant sur votre compréhension et votre mobilisation à nos côtés.
Le conseil d’administration et l’équipe salariés.
Plus d’info :

Semaine Culturelle du 20 Janvier au 26 Janvier 2024

Lien HelloAsso pour inscription  Thechkov s’emporte ! L’ours et la demdande en mariage : 

Tchekhov s’emporte ! – Yelloh compagnie (helloasso.com)

  • 20 Janvier à la Rianderie, 
  • 10 et 11 Février au Centre Social et Culturel de Marcq en Baroeul

Réservation par téléphone :

  • Les ateliers du Centre Social et Culturel à la Rianderie  – 21 Janvier à 16h.
  • Cuisinons avec objet insolite – 24 Janvier à 10h
  • Visite guidée au MUBA Tourcoing –  26 Janvier à 10H30 

 

Portrait de Bénévole #10

Claude Torrez,  bénévole service d’aide alimentaire, accompagnement scolaire, coach emploi

 

Je suis arrivé au Centre Social et Culturel de Marcq en Baroeul à la suite de ma retraite en Janvier 2023. J’étais enseignant dans une école d’ingénieur et responsable d’une équipe d’enseignants.  J’aime être utile et rendre service. Être enseignant permet d’avoir un lien permanent avec la jeunesse et leur environnement. En tant qu’encadrant j’essayais de favoriser les rapports professionnels entre les collègues et que chacun s’y retrouve au mieux dans leurs missions et leurs objectifs.

Je suis bénévole depuis 2023. Ma femme a aussi été bénévole il y a une dizaine d’années et a participé aux activités du Centre Social et Culturel. Je suis bénévole au service d’aide alimentaire : je participe à l’inventaire, à la réception et à la distribution des denrées. Je suis bénévole également à l’accompagnement scolaire le mardi avec les primaires et les collégiens. Je participe également à coach emploi et j’aide sur la permanence informatique le vendredi pour réaliser des CV et des lettres de motivation. 

Pour ma part c’est un plaisir de donner aux autres, c’est un sentiment d’exister quand je peux aider.  Je pratique le tennis de table à la Briqueterie. Je fais de la compétition en équipe depuis 1992. J’apprécie la compétition en équipe, on se soutient, on s’encourage, on cherche à se dépasser pour le collectif et pour soi-même.

Avec les bénévoles du service d’aide alimentaire, il y a cette notion d’échange entre nous et de soutien avec les bénéficiaires. Mettre un cadre agréable pour les bénéficiaires de la banque alimentaire est important pour l’équipe de bénévoles. Certains bénéficiaires sont parfois renfermés et vivent la situation difficilement. Nous sommes à l’écoute s’ils ont besoin… A l’accompagnement scolaire je vois des enfants qui viennent avec plaisir pour être accompagnés dans leurs devoirs. Le lien de confiance se construit au fur et à mesure avec les enfants. Ils ne se sentent pas abandonnés et inconsciemment ils sont contents que les bénévoles se préoccupent d’eux. 

Portrait de bénévole #9

Edith Thomas, Bénévole service d’aide alimentaire. 

Voilà 10 ans que je viens au Centre Social et Culturel de Marcq en Baroeul. J’ai commencé en animant bénévolement un atelier de relaxation avec 7/8 adultes. C’est à la suite de ma retraite d’institutrice dans les écoles maternelles que j’ai décidé de m’engager dans le bénévolat.   

Les notions de bien être, de solidarité et de vie descente sont très importantes pour moi. Mon papa travaillait à la manufacture des Tabacs de Lille. Il était également responsable national du syndicat CGT et engagé dans une association contre l’expulsion des locataires liée à la trêve hivernal. Il écrivait et distribuait les tracts, préparait les réunions et les manifestations, regroupaient les salariés… Même s’il n’était pas très souvent à la maison, et que parfois c’était un peu difficile pour maman, j’ai été éduquée dans un monde ouvrier en refusant les inégalités, en luttant contre la précarité.

Dans mon expérience bénévole, j’ai participé à la distribution alimentaire du Secours Populaire. C’est immense ! En une matinée nous pouvions avoir 200 personnes à servir.  Puis j’ai participé au service d’aide alimentaire au Centre Social et Culturel avec la Banque Alimentaire du Nord.  Le rapport humain avec les bénéficiaires est moins informel et plus chaleureux, nous avons plus de temps d’échanger car moins de monde. Mais le problème reste le même :  des familles et des personnes isolées ne peuvent pas se nourrir correctement.  

Le Centre Social et Culturel est un peu comme ma deuxième maison, en plus d’être au service d’aide alimentaire, je participe à l’atelier informatique séniors et à l’atelier arts plastiques.  Mon mari participe au cours d’Anglais. Et il y a quelques années ma fille a pu faire un stage avec Sylvie pour la former au métier de conseillère économique sociale et familiale. J’ai pu construire des relations amicales.  Avec l’équipe bénévole du service alimentaire il y a une certaine stabilité. Nous faisons des rencontres bénévoles avec des temps d’échanges  et en organisant une petite auberge espagnole, nous avons également participé à un temps de formation pour le service d’aide alimentaire avec La Banque Alimentaire du Nord.  Le Centre Social est un lieu ouvert et accueillant. On s’y sent bien.  L’équipe sait mettre en avant et valoriser les bénévoles. Cela fait toujours plaisir.